Association culturelle Nicolas et Dorothée de Flüe
Intervenante en 2013
Marie de Hennezel
Marie de Hennezel

Marie de Hennezel est mère de trois enfants, et grand-mère de six petits-enfants. 
Après avoir fait des études de langues et enseigné l'anglais aux élèves du secondaire, elle est retournée à l'université pour y achever un DESS de psychologie clinique et un DEA de psychanalyse.

 

En 1986, lors d'un déjeuner amical avec François Mitterrand, alors Président de la République, celui-ci lui parle des travaux d'une commission ministérielle sur l'accompagnement des mourants et du projet de création d'une unité de soins palliatifs pilote à l'ancien hôpital universitaire à Paris. Dans un monde marqué par le déni de la mort, où trop souvent les gens meurent dans la solitude, le silence et l'abandon, cette création représente un formidable défi : montrer que l'on peut mourir dans des conditions humaines, dignes, sans souffrances intolérables, entourés de sa famille et de ses amis. C'est l'expérience acquise dans ce service que Marie relate dans "La mort intime" (1995), préfacé par François Mitterrand, quelques mois avant sa mort.

 

Devant l'immense besoin d'accompagnement psychologique et spirituel des personnes touchées par le VIH, Marie de Hennezel fonde en 1992, avec Jean-Louis Terrangle, l'Association Bernard Dutant - Sida et Ressourcement. Son objectif est d'accueillir ceux qui, condamnés par la médecine, conscients d'avoir un temps limité à vivre, sont en quête de sens.

 

En octobre 2002, Jean-François Mattei, Ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées, lui confie une mission sur la fin de vie. Un rapport "Fin de vie et Accompagnement" est remis au ministre le 16 octobre 2003. Mme Marie de Hennezel est membre du Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l'accompagnement (CNSSA).